Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 13:53

UNIVERSITE TOUS AGES de VANNES et sa REGION

39 bis rue Albert 1er

56000 Vannes

 

Conférence ouverte à tous

Ernest Pignon-Ernest, pionnier de l'art dans la rue 
Le « street art » est à la mode. Si nous préférons l’expression « l’art dans la rue » à la formule anglo-saxonne, c’est que celle-ci est devenue un cliché qui couvre une multitude de formes d’intervention dans des endroits publics. Les motivations qui poussent les artistes à y créer sont des plus variées, celles qui ont conduit Ernest Pignon-Ernest le premier à le faire relèvent d’une forme d’engagement citoyen pour signifier son mécontentement, voire sa révolte face à un fait de société ou tout simplement pour passer un message percutant. Dans tous les cas, son art nous invite à ne pas rester insensible aux événements du monde. Illustration et analyse.
La Commune, 1971

La Commune, 1971

Robert Desnos, 2001

Robert Desnos, 2001

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 14:42
Orléans (45), Musée des Beaux-arts, auditorium, conférence sur le thème "Quand les artistes font leur cinéma..;"ce mercredi 26 septembre à 18h15...
Marcel Duchamp, Anemic Cinéma, 1925

Marcel Duchamp, Anemic Cinéma, 1925

Richard Serra, Hand Catching Lead, 1968

Richard Serra, Hand Catching Lead, 1968

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 10:50

Dialogue avec IRIS LEVASSEUR autour de son travail de peinture
Conférence animée par Philippe Piguet

 

Si le dessin et la peinture constituent les médiums de prédilection d’Iris Levasseur, elle pratique certaines formes de l’art de l’estampe. La question de l’image figurée est au cœur de ses préoccupations dans une production de travaux qui en appellent à une iconographie contemporaine. Celle-ci est le plus souvent puisée aux sources des médias et de la photographie, lesquels lui servent de modèles à toutes sortes de collages et de montages préparatoires.
Rencontre avec une artiste, née en 1972, qui enseigne par ailleurs à l’Ecole nationale des Arts décoratifs de Paris. 

Salle Robert Schuman (34 rue Louise Weiss, Dinan)

Mardi 25 septembre 2018 – 20h30
Entrée libre sur inscription

Dinan (22), Salle Robert Schuman, dans le cadre des Ateliers du Plessix-Madeuc, entretien public avec Iris Levasseur, mardi 25 septembre 2018 à 20h30...
Dinan (22), Salle Robert Schuman, dans le cadre des Ateliers du Plessix-Madeuc, entretien public avec Iris Levasseur, mardi 25 septembre 2018 à 20h30...
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 10:26
Paris, Le Patio Opéra, commissaire de l'exposition " Marion Charlet - Là-bas", dans le cadre de art[]collector, du 24 au 6 octobre 2018...
Paris, Le Patio Opéra, commissaire de l'exposition " Marion Charlet - Là-bas", dans le cadre de art[]collector, du 24 au 6 octobre 2018...

Somme toute, il y a deux manières d’entrer dans la peinture de Marion Charlet : soit par la petite porte – celle de la série des Gateways -, soit par la grande – celle des tableaux de grand format. De la même façon, l’artiste distingue deux catégories dans sa production de dessins : les aquarelles et les graphites. A première vue, tout semble ainsi relever d’une forme de rationalité que rien ne saurait perturber mais en vérité, qu’elle soit peinte ou dessinée, cette œuvre est plus complexe qu’elle ne le paraît. Séduisant par sa palette - comme peut l’être la peinture de David Hockney -, puissant par la qualité de son dessin et l’intensité de ses aplats, l’art de Marion Charlet s’applique à la représentation d’un monde à part, tant féerique qu’étrange, qui joue de compositions fortement structurées. Qui conjugue le vide et le plein, le clos et l’ouvert, le plan et la fuite. Qui mêle le construit et le naturel, le végétal et l’animal. Mais qui retient hors champ l’humain[...]

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 09:48

A l’écriture, au théâtre, au dessin et à la peinture, Novarina consacre depuis près de quarante ans une activité proprement boulimique maniant les mots et les images avec une profusion et une ivresse qui déroutent et fascinent tout à la fois. Né près de Genève, d’une mère comédienne et d’un père architecte, Valère Novarina a grandi à Thonon-les-Bains. Il y passe régulièrement de longues périodes se nourrissant sans cesse à la source langagière du patois, à la fréquentation régulière des figures locales et à l’ampleur de l’espace du paysage.

A La chapelle, plusieurs jours durant, Valère Novarina va installer son atelier, y travailler à son rythme, se saisissant de quelques séries existantes qu’il va parachever sur place pour les présenter hors toutes considérations de temporalité pour ce que toute œuvre procède d’abord et avant tout de sa nécessité et de sa pertinence. Au terme de cette forme de résidence, le visiteur prendra ainsi la pleine mesure du fait de création en découvrant aussi bien le travail exécuté que le lieu où il aura été réalisé. La création en acte, en quelque sorte.

 

Thonon-les-Bains (74), La chapelle, espace d'art contemporain, commissaire de l'exposition "Valère Novarina - Chaque chose devenue autre - peintures, dessins, litanies", vernissage le 14 septembre 2018 à 18h30, jusqu'au 15 décembre 2018
Thonon-les-Bains (74), La chapelle, espace d'art contemporain, commissaire de l'exposition "Valère Novarina - Chaque chose devenue autre - peintures, dessins, litanies", vernissage le 14 septembre 2018 à 18h30, jusqu'au 15 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 21:59
Bruxelles (Belgique), Le Hangar, commissaire de l'exposition "Barthélémy Toguo / Duncan Wylie - about the world", vernissage jeudi 6 septembre, jusqu'au 20 octobre 2018.
Bruxelles (Belgique), Le Hangar, commissaire de l'exposition "Barthélémy Toguo / Duncan Wylie - about the world", vernissage jeudi 6 septembre, jusqu'au 20 octobre 2018.

 

On use souvent de l’expression « les peintres témoins de leur temps » mais, en fait, comment pourrait-il en aller autrement ? L’art est toujours contemporain de son époque et les artistes, quels qu’ils soient, en sont comme une caisse de résonance. Dans un monde bousculé comme est le nôtre, le rôle et la fonction de l’artiste est plus que jamais d’éveiller la conscience collective aux dérives qui le minent. Picasso, en son temps, s’était exclamé : « Que croyez-vous que soit un artiste ? », s’exclamait jadis Picasso. Un imbécile qui n’a que des yeux s’il est peintre, des oreilles s’il est musicien, ou une lyre à tous les étages du cœur s’il est poète, ou même s’il est boxeur, seulement des muscles ? Bien au contraire, il est en même temps un être politique, constamment en éveil devant les déchirants, ardents ou doux événements du monde, se façonnant de toutes pièces à leur image. »                     

 

Barthélémy Toguo et Duncan Wylie nous sont apparus partager ce même statut. Le choix qui a été fait de les réunir dans l’unité d’une même exposition tient non seulement à cela mais au fait qu’ils sont nés et ont été élevés tous deux en Afrique puis qu’ils se sont installés en France pour parfaire leur formation et gagner leur reconnaissance. Si l’un est originaire du Cameroun, développe une œuvre polymorphe qui emprunte tant au dessin et à la photographie qu’à la vidéo et à la performance, partageant sa vie entre Bandjoun et Paris, l’autre, d’origine anglo-saxonne, né au Zimbabwe, est pleinement peintre et dessinateur et vit entre Londres et Paris. Par-delà les différences qui sont les leurs, ce qui les rassemble est le regard qu’il porte sur le monde. Non point dans une même dynamique de création mais dans une même posture de réflexion humaniste. 

Tandis que Barthélémy Toguo, dont le parcours atteste une forme permanente de nomadisme, est toujours prompt à se rendre in situ, pour éprouver les pulsations du monde et y répliquer dans toutes sortes de formes d’interventions, Duncan Wylie ne cesse d’être, quant à lui, à son écoute et, par le truchement des vecteurs médiatiques, d’en ausculter les soubresaut pour les porter à la dimension du symbole. Quelque chose chez eux relève d’une semblable volonté de dire le monde, de nous interpeller sur la condition humaine - façon Malraux – et de dessiller nos yeux pour ne pas se laisser piéger par l’autorité de l’apparence.

Tandis que celui-ci dénonce inégalités et injustices, prend la défense des minorités, tout en interrogeant nos valeurs, celui-là rend compte de la réalité chaotique du monde, vilipende l’absurdité du pouvoir, tout en quêtant après un équilibre. L’un comme l’autre nous mette au pied du réel, nous invitent à prendre la mesure de ce que la condition humaine est déterminée par toutes sortes de facteurs politiques, économiques et sociétaux. Artistes de leur temps, dans leur temps, Barthélémy Toguo et Duncan Wylie n’en sont pas moins – pour reprendre la formule picassienne – des « êtres politiques » et leurs œuvres, qu’elles soient figuratives ou conceptuelles, narratives, littérales ou symboliques, composent comme un grand livre d’heures sur le monde.

Philippe Piguet,

commissaire de l’exposition.

Barthélémy Toguo, sans titre, 2018

Barthélémy Toguo, sans titre, 2018

Duncan Wylie,Self Construct (Collector's garden), 2018

Duncan Wylie,Self Construct (Collector's garden), 2018

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 07:50

DRAWING LAB

17 rue de Richelieu

75001 Paris

ENTREE LIBRE

Paris 1er, DRAWING LAB, "Cinéma d'été - Programmation de vidéos de dessin et d'animation de la jeune scène européenne", jusqu'au 8 septembre 2018...
Paris 1er, DRAWING LAB, "Cinéma d'été - Programmation de vidéos de dessin et d'animation de la jeune scène européenne", jusqu'au 8 septembre 2018...

du dessin à l’ère de la vidéo et du numérique

 

Dès leur avènement, les nouvelles technologies n’ont pas tardé à envahir le monde de la création artistique. Parce qu’il est en amont de toute pensée plastique, le dessin n’y a évidemment pas échappé et il s’est fait tantôt vidéographique, tantôt d’animation, les artistes se découvrant volontiers gourmands de numérique, comme ils le sont toujours de toutes les nouveautés techniques qui apparaissent au fil du temps.

A l’exercice de la vidéo ou du D.A.O. – le dessin assisté par ordinateur – et de toutes les applications subséquentes – Photoshop, e-design, Paint, etc. -, les artistes sont amenés à composer avec une autre temporalité dans un rapport au support et à l’espace également autres. C’est dire à la surprise de quel univers de création le regard est convoqué...

Jérôme Allavena

Jérôme Allavena

Massinissa Selmani

Massinissa Selmani

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 12:57

Ecole d’arts plastiques

12 rue de la Taupanne

86100 Châtellerault

05 49 93 03 12

La Figuration narrative

Proposée par le critique d’art Gérald Gassiot-Talabot au milieu des années 60, cette expression a été forgée par lui pour caractériser toute une production picturale soucieuse de réactiver la question classique "de la représentation du temps par l’image statique". Donc de redonner sens et valeur au contenu de l’oeuvre et d’en assumer une notion narrative. Au sein de cette figuration, grand cas est notamment fait d’une attitude volontiers "critique" qui participe à la dénonciation des travers d’une société que règlent le pouvoir et l’argent. Rancillac, Télémaque, Cueco, Aillaud, Fromanger et quelques autres comptent parmi les représentants français d’une tendance largement européenne.

Erro, Allende-Topino Lebrun - 1974

Erro, Allende-Topino Lebrun - 1974

Partager cet article
Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 11:51

S'inscrire auprès de la Fondation Claude Monet,

84 rue Claude Monet, 27620 Giverny

 

 

 

Claude Monet, Le Bateau-atelier, 1876

Claude Monet, Le Bateau-atelier, 1876

"Dans un article intitulé « Chez Claude Monet. Le pèlerinage de Giverny », publié en deux livraisons dans les numéros de janvier et de février 1927 de la Revue de l’art ancien et moderne, Edouard Chartier, Duc de Trévise, relate une anecdote riche d’enseignement pour ce que sera sinon « la » préoccupation majeure du peintre, du moins l’une des toutes premières. « Renoir racontait – écrit donc cet auteur - que tout jeune, Monet avait eu devant un Canaletto du Louvre cette remarque : « Il n’a même pas fait le reflet des barques ! » Le mot est lâché. Quelques années plus tard, en peignant Impression, soleil levant, l’artiste aurait-il voulu faire écho au reproche qu’il adressait à l’Italien, il ne s’y serait pas pris autrement. Le tableau éponyme du mouvement dont Monet est le chef a notamment gagné l’histoire par le rôle déterminant que le peintre a accordé au traitement des reflets tant du soleil que de la barque. En les installant tous deux au cœur même de la toile, dans un jeu décalé de hauteur, et en jouant du contrepoint chromatique de l’orangé et du noir, Monet s’appuie sur leur reflet respectif pour donner une tenue verticale à son tableau qu’il immerge dans une atmosphère bleutée infuse[...]"  

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 12:13

art press, Mai 2018, n° 455

Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie

/art absolument/, mai-juin 2018, n° 83

Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie
Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie
Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie

"Takesada Matsutani, du bon usage de la lenteur",

  Cracovie (Pologne), manggha museum,

  27.01-25.03.2018

Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie
Quelques publications... art press, /art absolument/ & catalogue Matsutani à Cracovie
Partager cet article
Repost0