Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 08:36

Frac HN - expo 1

 

Frac HN - expo 2

 

Une sélection d'une soixantaine d'oeuvres

parmi les quatre dernières années d'acquisition

du Frac Haute-Normandie

 

...A  l’inventaire des catégories esthétiques, si le beau occupe traditionnellement une place de premier choix, le grotesque, le monstrueux, le comique, le laid, le caricatural, le marginal, le dérisoire… n’en sont pas moins intéressants. L’art qui est toujours contemporain de son époque n’a rien d’univoque et le beau – entendu au sens lissé du terme - n’en détient pas l’exclusivité. En proclamant que « le beau est toujours bizarre », Baudelaire rejette le réalisme et le positivisme dont il est le contemporain et il élève l’imagination au rang de « reine des facultés ». Ce faisant, il sublime la sensibilité dont il fait le fer de lance de la modernité et cherche à atteindre la vérité essentielle, ce qui le rapproche de la philosophie platonicienne.

« Un artiste est une réaction, écrit Paul Valéry, il répond à l’habituel par l’insolite, perçoit ce qu’il y a d’étrange dans le banal, distille le pur de l’impur, par une opération mystérieuse qui exige tout ce qu’il faut d’usé, d’accoutumé, de convenu et de conforme pour qu’elle puisse s’accomplir. Nos démons jouent à déjouer le principe de la dégradation de sensations par l’habitude. » Que demander à l’art, en effet, sinon qu’il nous interpelle, qu’il nous remette en question ? Bref que, de son expérience, il ne nous laisse jamais indemne. Le philosophe Michel Onfray note, quant à lui, que « toute peinture digne de ce nom recèle une énigme. Même un paysage, sinon une nature morte, ou bien encore un portrait, n’arrêtent le regardeur que s’ils comportent un problème à résoudre. » La force de l’art – pour reprendre une formule institutionnelle – réside dans sa capacité à nous interroger. Est bizarre ce qui n’est pas conforme au réel tout en s’y référant. Ce qui n’est pas comme on l’attend, comme on en a connaissance ou comme on en a la culture.

 

Dans un monde banalisé, standardisé et stéréotypé comme le nôtre, rien d’étonnant que le bizarre occupe une telle place chez les artistes contemporains. Tout en le commentant, il leur permet de dire le monde autre qu’il est. De le projeter dans un ailleurs qui opère sinon comme un refuge, du moins qui l’envisage prospectivement. Eloge de l’étrange et de l’incongru. Le regard a toujours besoin d’images décalées et l’esprit d’aventures mentales inédites. Quelle que soit leur nature – peinture, sculpture, dessin, photo, vidéo ou installation -, les oeuvres des artistes qui sont ici rassemblées ont été choisies en fonction de leur qualité intrinsèque à surprendre le regardeur, que ce soit par leur contenu narratif ou par leur processus de création. Dans tous les cas, pour ce qu’elles mettent en question le réel et ses conventions, qu’elles tiennent tant au pouvoir de l’imagination de leurs créateurs qu’à la capacité du regardeur à y investir la sienne...

 

 

Liste des artistes :

 

 

 

Glen Baxter, Philippe Bazin, Anne Brégeaut, Philippe Cognée, François Daireaux, Gaël Davrinche, Jean-Jacques Dumont, Joan Fontcuberta, Gregory Forstner, Charles Fréger, Olivier Goulet, Hippolyte Hentgen, Jason Karaïndros, Marc Le Suavadé, Olivier Leroi, Natacha Lesueur, Iris Levasseur, Isabelle Lévénez, Rémy Marlot, Javier Perez, Françoise Pétrovitch, Paul Pouvreau, Jorge Queiroz, Annelise Ragno, Hugues Reip, Anne-Marie Schneider, Jana Sterbak, Ji-Yeon Sung, Jeanne Susplugas, Barthélémy Toguo, Patrick Tosani, Yves Trémorin.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:58

23---Basquiat---Selfportrait-as-a-heel---1982---Copie.jpg

 

Ecritures griffées, hachures, biffures, scarifications et effacements, les peintures et les dessins

de Jean-Michel Basquiat se dressent au regard

comme les fragments déposés d'une immense palissade.

Une oeuvre fulgurante et panique.

Partager cet article

Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:43

1---Klein-Yves---Portrait-a-la-main-bleue.jpg

 

Yves Klein ou la quête de l'immatériel

 

En quête d’espace au-delà du réel, sept ans auront suffi à Yves Klein pour s’imposer comme l’une des figures majeures de l’art du XXe siècle. 

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 08:12

- Dans la revue Ligiea, juillet-décembre 2010, n° 101-104,

  article sur "Duncan Wylie, quelque chose d'une énigme"

 

 

Ligeia-1-copie-1.jpg            Wylie-Duncan---House-Mix-1--145-x-114---2007.JPG

 

A première vue, tout s’offre à voir à l’ordre d’un désastre. Du côté de la ruine, dans l’écroulement d’on ne sait quel bâtiment et en un lieu innommable que rien n’identifie. Impossible de dire à la suite de quelle catastrophe cela est advenu, sinon à en généraliser l’événement et l’appréhender comme la parfaite illustration de l’idée de chaos...

  

- Texte sur "Julio Villani, lier le monde",  préface à la monographie

   de l'artiste publiée chez Archibooks, 2010.

 

Villani-Julio.jpg        Villani-Julio---Casa-mouving4.jpg

 

 

 On ne vit pas entre deux continents, on ne déambule pas entre deux pays, sans que cela ne vous atteigne au plus profond de votre individu. Julio Villani s’est ainsi constitué, entre Amérique du Sud et Europe, entre sa terre natale du Brésil et la France qu’il a élue pour pays d’adoption, entre São Paulo où il a grandi et Paris où il a forgé son identité d’artiste...

 

- Texte sur "Dominique Kippelin, voyage mental", préface à la monographie

   de l'artiste publiée chez trans photographic press, 2010.

 

Kippelin-Dominique-1.jpg      Kippelin-Dominique-2.jpg

 

 Dominique Kippelen n’est pas seulement requise par l’espace, elle l’est aussi par la mémoire des lieux rencontrés et par leur potentialité à la métamorphose. Si chaque lieu est pour elle un territoire d’investigation possible, elle affectionne plus particulièrement des lieux chargés, qui ont une histoire, qui ont été - ou qui sont encore - le théâtre d’une activité, publique ou privée, sociale ou économique, naturelle ou culturelle...

 

- Entretien avec "Bernar Venet. De l'art et des mathématiques",

   publié dans "La conversion du regard. Textes et entretiens,

  1975-2010. Nouvelle édition augmentée", éditions Mamco,

   Genève, 2010.

 

 Venet---La-conversion-du-regard---itv-1.jpg    Venet---La-conversion-du-regard---itv-2.jpg

 

L’introduction du domaine mathématique dans mon travail tente de pousser à l’extrême ce problème de l’identité de l’œuvre d’art en introduisant des signes univoques, en proposant la « monosémie » comme hypothèse de travail. Toute mon activité durant ma période dite « conceptuelle » s’est employée à cette tâche...

 

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 19:16

Sur France Culture, FM 93.4, entre 06:00 et 06:30,

invité de l'émission "Pas la peine de crier" de Marie Richeux - 

une dernière promenade chuchotée dans l'exposition du Grand Palais.

 

Sur Europe 1, FM 104.7, entre 08:35 et 08:45,

invité de Marc-Olivier Fogiel,

pour raconter l'expérience de l'exposition Monet la nuit en guise de bilan.

 

Tous à vos postes !!!

 

90 - Coll. Ph.P.

 Claude Monet dans le grand atelier des Nymphéas, Giverny, c. 1920

 © Coll. Philippe Piguet 

 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 23:15

Piguet-Philippe---Mopnet-et-Venise---ed.-2008.jpg

 

Les lettres d'Alice, l'épouse du peintre, à sa fille Germaine,

permettent de saisir au jour le jour l'activité de l'artiste

avec son lot d'enthousiasmes et de doutes.

 

A l'issue de cette lecture, Philippe Piguet signera son livre

"Monet et Venise", Herscher, éd. 2008.

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:52

Beneyton---vernissage-1.jpg

 

Beneyton---vernissage-2.jpg

 

Pour sa première exposition personnelle dans une institution publique, Julien Beneyton est l’hôte en ce début d’année (15 janvier-27 mars 2011) de la Maison des Arts de Malakoff. Originaire de la région de Grenoble, né en 1977, vivant et travaillant à Paris, l’artiste est actuellement en résidence à la célèbre Rijksakademie d’Amsterdam. Organisée simultanément avec celle que lui consacre la Galerie Olivier Robert (8 janvier- ???), l’exposition de Malakoff est l’occasion pour Julien Beneyton de présenter notamment un ensemble de grands portraits peints sur papier de certains de ses collègues de l’académie ainsi qu’une importante installation au sujet d’un sans domicile fixe.

 

Attentif à son environnement le plus immédiat, l’artiste développe une œuvre qui se saisit du réel pour en proposer une transcription figurée qui l’excède en s’appliquant à en reprendre dans les moindres détails un point de vue caractéristique. Passionné de culture hip-hop, Julien Beneyton a une façon de brosser le quotidien de la ville sur le même tempo festif et revendicatif que les musiciens qui ont porté cette forme d’art au plus haut. « Á la régulière », comme le proclame le titre de l’exposition emprunté à Dany Dan, l’un des premiers dans le genre, dont le peintre a fait un grand portrait (coll. FNAC) également présenté dans l’exposition.

 

Figuratif, l’art de Beneyton est fondamentalement requis par l’humain et la socialité. Paradoxalement, si les scènes ou les portraits qu’il fixe sur la toile ou brosse sur le papier, si les sculptures qu’il confectionne s’apparentent à un arrêt sur image et offrent à voir des compositions comme saisies sur le vif, elles sont le fruit d’une lente et laborieuse élaboration. C’est dans cet écart que l’artiste prend ses distances avec le réel pour mieux l’incarner.

 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 19:58

Thonon---Levenez-1.jpg

 

Thonon---Levenez-2.jpg

 

 

 

Intitulé « Art & Langage », le troisième cycle d’expositions de la Chapelle de la Visitation de Thonon-les-Bains vise à témoigner de l’utilisation récurrente de l’écrit, du mot et du texte dans le champ de l’art contemporain. Partant de faire voir ce qu’il en est d’une production artistique qui procède de l’art conceptuel ou qui s’inscrit dans son prolongement. Troisième de ce cycle, l’exposition « Isabelle Lévénez – préparons-nous cet espace va hurler » est l’occasion de mettre en valeur le travail d’une artiste qui est apparu depuis une quinzaine d’années et qui s’est notamment défini à l’ordre d’une puissante et singulière relation entre texte et image.

Figure centrale de l’oeuvre d’Isabelle Lévénez, le corps y est l’objet de toutes sortes d’explorations et d’interrogations, qu’il soit celui de l’autre ou le sien propre, qu’il soit celui mémorable de l’enfance ou d’un âge plus mature. Dans tous les cas, il est - comme le dit l’artiste elle-même - un « espace à découvrir » et elle l’a mis en jeu au fil du temps dans les situations les plus diverses. A l’instar du médium qu’elle retient pour s’exprimer, qu’il s’agisse de dessin, de photo ou de vidéo,  l’écrit, le mot et le texte sont employés comme un matériau qui vient s’y amalgamer et qui fusionne avec son concept.

Griffures, biffures et caviardages sont autant de modalités qui participent à la production du sens tout comme le recours à des écritures manuscrites sur le mur ou façonnées en tubes de néon coloré.  Dans tous les cas, il y va d’une implication engagée du corps dans sa relation à soi, à l’autre et à l’espace dans le but de « libérer quelque chose d’une nécessité intérieure ». Comme il en est d’un cri.

 

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 10:08

Venet-1.jpg

 

Entretien avec le sculpteur Bernar Venet

à l'occasion de son exposition aux Abattoirs, à Toulouse

 

 

Venet-2.jpg    

 

 

 Venet-3.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 21:47

Lyon-Clac-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Pages

Liens