Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 10:15

Viallat, Buren, Boltanski, Rousse.

Quatre aventures artistiques,

quatre postures singulières :

éclectisme, appropriation, métamorphose...

 

7 - Viallat Claude - Bâche - 1978

Claude Viallat, Bâche, 1978

 

2.32.3 - Guggenheim 2006 - 1

Daniel Buren, expo Solomon R. Guggenheim Museum, New York, 2006

 

55 -Boltanski Christian - Monument - 1986 - Vitry MacVal

Christian Boltanski, Monument, 1986, MacVal, Vitry-sur-Seine

 

Rousse Georges - Blanc-Mesnil - 2006

Georges Rousse, Blanc-Mesnil, 2005

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 00:10

Viallat, Buren, Boltanski, Rousse

       quatre aventures artistiques,

       quatre postures singulières :

        éclectisme, appropriation, métamorphose.

 

7 - Viallat Claude - Bâche - 1978

Claude Viallat, Bâche, 1978

 

2.32.3 - Guggenheim 2006 - 1

Daniel Buren, expostion au Solomon R. Guggenheim Museum, New York, 2006

 

55 -Boltanski Christian - Monument - 1986 - Vitry MacVal

Christian Boltanski, Monument, 1986, MacVal, Vitry-sur-Sein

 

Rousse-Georges---Blanc-Mesnil---2006.jpg

Georges Rousse, Blanc-Mesnil, 2005

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Conférences
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 10:29

En binôme avec Annie Mollard-Desfour, linguiste-lexicographe au CNRS.  

 

 

Grosz George - Explosion - 1917

Georges Grosz, Explosion, 1917

 

 

11.2 - Viallat Claude - Eglise des Sablons 0 - Aigues-morte

Claude Viallat, Eglise des Sablons, Sainte-Marie de la Mer

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 07:38

T-art-dans-la-nuit-affichette.jpg

 

 

Cette soirée sera l’occasion d’aller à la découverte de toute une production artistique singulière qui jalonne le XXe siècle, depuis l’avènement de l’image filmée animée jusqu’aux créations les plus contemporaines. Elle visera notamment à faire découvrir la façon dont les artistes plasticiens se sont emparés d’un mode d’expression qui était réservé au monde du cinéma pour l’instruire de toutes sortes d’innovations et de recherches plastiques en écho aux différents mouvements artistiques auxquels ils ont pu participer.

 

 

Renseignements et inscriptions : Béatrice Van Huffel
La Baume, 1770, Chemin de la Blaque, 13090 Aix-en-Povence
Tél : 04 42 16 10 30 - e-mail : programme@labaumeaix.com
Site internet : http://www.labaumeaix.com/

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Conférences
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 08:48

13.3 - Bern 1969 - 1 - couverture                        14---Szeemann-Harald---2001.jpg

 

Exposition culte de l'histoire de l'art contemporain de la seconde moitié du XXe siècle,

"Quand les attitudes deviennent forme", organisée par Harald Szemann à Bern,

 en 1969, rassemble la quasi totalité des artistes

qui en ont animé la scène.

 

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:15

= "Daniel Buren. L'homme du Monumenta"

                . Exposition : "Monumenta : Daniel Buren", nef du Grand Palais, Paris 8e,

                  jusqu'au 21 juin

                  Retour sur la carrière d'un artiste habitué, du CAPC au Guggenheil,

                  aux espaces hors normes.

 

Buren.jpg        

Daniel Buren dans la nef du Grand Palais

 

= Dossier : "1905-1945. Guerre & Paix. L'épreuve de l'histoire"

                     . "1917, l'année de tous les basculements"

 

Grosz-George---Explosion---1917.jpg

 George Grosz, Explosion, 1917

 

 

 

 

 

Ristelhueber-Sophie---Fait--n-6----1992.jpg

Sophie Ristelhueber, Fait (N°6), 1992

 

                     . "Guerre et paix dans l'art contemporain"

 

                     . Entretien avec Laurence Bertrand Dorléac :

                       "1938-1944 est la suite de 1914"

 

Richter-Hans---Portrait-visionnaire---1917.jpg

Hans Richter, Portrait visionnaire, 1917

 

= Compte-rendu d'exposition : "Jan Fabre à la pointe bleue du bic"

 

Fabre-Jan---Chateau-Tivoli---1990-2007.jpg

Jan Fabre, Château Rivoli, 1990-2007

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:29

Opalka-1.jpg

 

Opalka-2.jpg

 

Cette exposition organisée avec Jérôme Carrié de l'Université Le Mirail II 

a été inscrite dans le cadre de la Semaine Polonaise, 23-28 avril 2012,

au cours de laquelle a été organisée une journée de colloque

exclusivement consacrée à Roman Opalka.

 

L'exposition comprend deux peintures, cinq cartes de voyage, un ensemble d'autoportraits photographiques et une bande sonore.

 

Roman Opalka.... projet d'oeuvre, projet de vie.

 

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 08:23

Varda-1.jpg

 

55 ans après sa première visite en Chine, Agnès Varda est de retour en Chine !

Deux expositions rendent hommage à la photographe, cinéaste et vidéaste,

l'une à Pékin, au CAFA Art Museum, 10 mars-18 avril,

l'autre à Wu Han, au Hubei Museum of Art, 30 mars-6 mai.

 

A l'occasion reprise et traduction en anglais et en chinois du texte

que j'avais rédigé pour l'exposition de l'artiste à Sééète, décembre 2011.

 

A l'aube de ses 84 ans, Agnès Varda toujours aussi inventive et prospective !!!

 

Pour clin d'oeil, photo souvenir...

001.JPG

A Wu Han avec Agnès Varda, devant le Hubei Museum of Art, le 16 avril 2012

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 08:10

= Portrait de Gilgian Gelzer

 

= Portrait de  Julien Tiberi

 

= Dossier : "Le Carton plein du dessin contemporain"

                                   -  "Qu'est-ce que le dessin contemporain ?"

                                            - "Rémy Jacquier, s'emparer de l'espace"

                                            - "Les trous noirs d'Abdelkader Benchamma"

                                            - "Claire Tabouret, lumière mentale"

                                   - "Dessiner-Tracer. Un voyage en grandes lignes"

 

= L'oeil des expositions : - "André Raffray"

                                                - "Ji-Yeon Sung"

                                                - "Georges Rousse. La voie royale"

                                                - "La peinture manifestement"

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Publications
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 12:27

IL-1.jpgIL-2.jpg

 

Quatrième et dernière de la saison 2011-2012, l’exposition « Iris Levasseur figures entre-deux » s’inscrit dans le cadre de l’une des quatre thématiques - « Identité/Altérité » - qui rythment la programmation de la Chapelle de la Visitation. La dualité de ce thème trouve sa source dans la célèbre formule d’Arthur Rimbaud proclamant : « Je est un autre ». Elle est ici l’occasion d’aller à la rencontre d’une artiste dont le travail s’attache à la figure dans une relation existentielle au monde qui l’entoure. Les peintures et dessins d’Iris Levasseur témoignent d’un regard sensible sur son environnement immédiat tout en les instruisant d’une dimension universelle. Les compositions dans lesquelles elle met en jeu ses figures réfèrent à des situations d’échanges tendus, parfois violents, de dépositions dramatiques et d’abandons insondables du corps.

Les peintures d’Iris Levasseur ne racontent rien. Elles mettent en scène des personnages dans des espaces et des situations indicibles qui leur confèrent l’apparence d’acteurs à un moment donné de suspension de leurs corps. Ils sont là, sous nos yeux, sans qu’il y ait eu d’avant, ni qu’il y aura d’après. Ils sont là comme des arrêts sur image, pétrifiés et pourtant fluides, inertes et pourtant dans des postures qui sous-tendent l’idée d’une potentielle dynamique. Assis, debout, accroupis, penchés, arqués, à l’équilibre, sur le bord d’un basculement. Isolées ou en groupe, les figures de Levasseur sont terriblement seules. Rarement, elles se touchent et, si c’est le cas, le jeu de multiplication des mains crée un leurre visuel qui perturbe toute lecture relationnelle. De plus leurs visages ne sont jamais pleinement dévoilés ; ils sont tantôt masqués, tantôt détournés, tantôt simplement coupés. Il y a chez l’artiste comme un refus d’indiquer clairement ce que ses personnages regardent, soit en brouillant leur regard dans la matière picturale, soit en le faisant chavirer dans l’abîme de leur intériorité.

Constituées au terme d’un processus savamment élaboré qui en appelle à la photographie comme au dessin, les scènes peintes que s’invente Iris Levasseur témoigne d’un regard proprement politique - au sens premier du mot, celui de la cité –, c’est-à-dire dans cette qualité d’attention à l’autre dont l’image qu’il lui renvoie est une façon de mieux se connaître. Les figures qu’elle brosse sont génériques de leur état. Si elles peuvent renvoyer à certains types identifiables, sinon de figures du moins de comportements précis, elles ne sont jamais envisagées par l’artiste en qualité de portraits. Chez Levasseur, la question du modèle se concentre sur la figure du corps et le traitement pictural de couleurs franches, d’effets de transparence et d’épiphanie qu’elle lui accorde confère à celle-ci une implacable présence.

Tout y est soigneusement mis en scène dans l’élaboration d’une théâtralité au service exclusif de cette représentation du corps. L’artiste travaille selon un protocole très réglé qui en appelle à un réservoir d’images réalisées avec quelques modèles familiers, issus de son entourage, les invitant à prendre des poses qu’elle leur suggère ou qui adviennent, travaillant avec eux comme un metteur en scène avec ses acteurs ; sinon elle saisit ici et là dans la rue des images de situations qui l’interpellent pour la force de leur signification. Par suite, elle opère avec ce matériel toutes sortes de photomontages qu’elle affine potentiellement via l’ordinateur jusqu’à trouver la composition qui l’intéresse. Enfin, elle procède à l’élaboration de l’image retenue suivant un procédé de report de dessins préparatoires déduits de ses images photographiques.

Au final, l’art d’Iris Levasseur s’inscrit dans cette qualité de production qui balance entre l’étrange et l’incongru dans cette qualité esthétique que Baudelaire a magnifiquement formulé en proclamant que « le beau est toujours bizarre. » Ses peintures et ses dessins ne nous laissent pas indifférents parce qu’ils nous interrogent au plus profond de l’être dans la surprise sans cesse revisitée de cette relation fondamentale de soi à l’autre, et vice versa.

Philippe Piguet,

commissaire chargé des expositions.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages

Liens