Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 10:07

Plessix.jpg

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Conférences
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:34

= Visite d'atelier : "Fabrice Hyber. L'atelier des possibles"

    en écho aux 3 expositions de l'artiste cet automne :

              - "Matières premières", Palais de Tokyo, Paris, jusqu'au 3 janvier;

              - "Essentiel. Peintures homéopathiques", Fondation Maeght,

                  Saint-Paul (06), jusqu'au 6 janvier;

              - "Prototypes d'objets en fonctionnement POF", MaC/VaL,

                  Vitry-sur-Seine (94), jusqu'au 20 janvier.

 

 Hyber

 

= Dossier Dali, en écho à l'exposition "Salvador Dali", Centre Pompidou, Paris,

    21 novembre-25 mars 2013 : 

                              - "Dali. Fortune et infortune d'un grand paranoïaque"

 

Van vechten Carl - Portrait de dali - 1939

 

                              - "Une traversée dans l'imaginaire dalinien"

 

Dali Salvador - Impression d'Afrique - 1938

 

                              - "Fabrice Hyber, "Dali m'a confirmé dans mon attitude" "

 

Dali Hyber

 

 

 

= Compte-rendus d'expositions :

                             - " Mary Cassatt. Une Américaine à Paris",

                                  Mona Bismarck American Center for art & culture,

                                  Paris 16e, jusqu'au 20 janvier;

Cassatt Mary - c. 1894

 

                             - " Eric Dalbis", Galerie Placido, Paris 3e, jusqu'au 21 octobre;

 

 images.jpg

 

                             - " En avant le son !", FRAC Limousin, Limoges (86), 

                                  jusqu'au 3 novembre;

 

 Sans-titre---1-copie-2.jpg

                             - " Pol Bury. le mouvement", Espace Paul Rebeyrolle, Eymoutiers (86),

                                  jusqu'au 30 novembre.

 

Sans-titre---1---Copie.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Publications
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 10:13

...sous forme d'un livre

de l'ensemble des numéros de la revue "Semaine",

consacrée à chacune des 12 expositions qui y ont été présentées.

 

Sans-titre---1-copie-1.jpg  Sans-titre---2-copie-1.jpg

 

"...L’idée structurante de cette programmation reposait sur le binôme générique « Art & … » de sorte à bien faire valoir comment les artistes contemporains abordent différentes problématiques soit récurrentes à toutes époques, soit propres à la leur et à faire état des mouvements et des tendances qui rythment l’histoire de l’art contemporain. Sur la période de trois ans telle que cette programmation a été envisagée, les thèmes généraux retenus ont été les suivants :

1ère année : Art & Figure

2ème année : Art & Nature

3ème année : Art & Langage

Le choix de ce déroulé thématique me semblait permettre tout à la fois de canaliser les problématiques fondamentales des conditions mêmes de l’humain et d’en présenter un panorama élargi à l’écho de la création artistique contemporaine. En même temps il me semblait permettre de rassembler au fil du temps des propositions de plus en plus avancées de sorte à faire œuvre prospective. 

Enfin, soucieux de constituer comme une mémoire des différents actes de la programmation de ce nouvel espace dédié à l’art contemporain et pour mieux en asseoir l’image, l’idée s’est très vite imposée que chaque exposition fasse l’objet d’une publication, aussi sobre soit-elle. D’où le recours au format proposé par la revue Semaine. C’est dire si la compilation de ces trois premières années d’activités telle qu’elle se présente ici même contribue à écrire un moment de l’histoire de la Chapelle de la Visitation et, au-delà, de l’engagement culturel de la ville de Thonon-les-Bains, certifiant s’il était besoin du bien-fondé du principe de la décentralisation. "                      

Philippe Piguet, 

commissaire chargé des expostions 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Publications
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 09:11

...dans le cadre de l'exposition :

"Combas/Kijno - via crucis, la peinture à quatre mains",

jusqu'au 7 octobre 2012

 

Combas

 

«  Art sacré & art contemporain  »

 

Depuis une trentaine d’années, parallèlement au phénomène de décentralisation et de diffusion de l’art contemporain auprès d’un public toujours le plus large possible, l’art dit « sacré » connaît un renouveau certain. Le nombre de commandes publiques tant de vitraux que de mobiliers liturgiques n’a cessé de croître dans l’hexagone. Des artistes, parfois les plus inattendus, ont été invités à mettre en jeu leur démarche au regard d’un programme spécifique les conduisant à trouver des solutions singulières. Analyse et réflexion de ce phénomène en écho aux problématiques de l’art contemporain.

 

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Conférences
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 16:28

Sans-titre---1.jpg

 

Sans-titre---2.jpg

 

Chaque année, depuis 20 ans, la Fondation Colas désigne 15 lauréats auxquels elle commande

une peinture sur le thème de la route. La collection compte aujourd'hui quelques 300 pièces.

 

L'exposition événementielle rassemble un choix de 20 peintures parmi celles-ci

ainsi que l'ensemble des nouvelles acquisitions 2012...

Une exposition singulière qui témoigne de la permanence d'un mode et de sa diversité...

 

"...De la Via Appia Antica à toutes les autoroutes qui maillent notre planète, en passant par les petites voies plus ou moins pavées qui en sillonnent les contrées les plus reculées, le concept de route est consubstantiellement lié à ceux de communication, d’échange et de réseau. C’est dire s’il est le vecteur par excellence d’un développement de la société humaine en quête tant d’un ailleurs que de la rencontre de l’autre. Par ce qu’elle évoque de l’idée de déplacement, par ce qu’elle sous-tend d’une trajectoire, par ce qu’elle suggère d’un au-delà, la route ouvre l’esprit à toutes les aventures. On comprend mieux alors qu’elle n’ait jamais cessé d’aiguiser l’intérêt des artistes et qu’ils sont nombreux à l’avoir retenue comme motif de leurs œuvres, soit qu’elle en constitue l’élément principal, soit qu’elle n’opère qu’en simple indice au sein d’un dispositif plus élargi..." Ph.P.  

(texte extrait du catalogue)

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 22:06

Viallat-copie-2.jpg

 

...dans le cadre de l'exposition "Claude Viallat - Peintures et objets"

qui se tient au Musée de Louviers jusqu'au 30 septembre 2012.

 

"... Si, en amont de tout, il y a cette forme qui le signe, en aval c’est le règne du support et de la surface. « Supports-Surfaces », tel est le nom du groupe, baptisé en 1970, qu’il a animé avec ferveur et dont il est le représentant le plus absolu. Passé le problème formel, l’artiste n’a eu plus qu’à se préoccuper de jouer des matériaux employés - et il n’a jamais privé son plaisir. Mieux : cette liberté acquise, il l’a érigée en dynamique prospective, permanente et existentielle. D’un principe et d’une méthode de travail, Claude Viallat a fait une esthétique. Peinture, teinture, collage, solarisation…, toile de bâche, de tente, de parasol ou de parapluie, plat ou dos de fauteuil, tissu imprimé…, peu importe. A l’instar de ces chants dont les modulations infinies ne sont jamais les mêmes, l’art de Claude Viallat joue inlassablement des ingrédients essentiels qui font la peinture : composition et couleur. Quelque chose d’une analogie avec la musique est à l’œuvre dans sa peinture qui en appelle aux notions de construction, de rythme, de silence, d’allegro, de presto et autres critères abstraits qui fondent celle-ci. Ce faisant, le peintre, qui est d’une insatiable boulimie, ne cesse d’orchestrer et d’assister lui-même à l’éternelle régénérescence de la peinture. Viallat ou la peinture sans cesse recommencée.              Ph.P.

(extrait du catalogue de l'exposition)

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 21:57

1 = Dans le catalogue de l'exposition

       "Min Jung-Yeon, le dessin est le devenir" 

      au Musée d'art moderne de Saint-Etienne métropole :



      Ming 1

 

Exposition jusqu'au 30 septembre 2012

 

"...Peinture et dessin, l’œuvre de Jung-Yeon Min est riche d’un monde étrange qui mêle références biologiques, végétales, animales et humaines pour instruire une esthétique où le corps, s’il n’est pas explicite, opère notamment comme vecteur libératoire du geste créateur, un substitut à l’excès de contrôle et au blocage respiratoire. Ce qui distingue la démarche de l’artiste est la façon dont celle-ci envisage l’un et l’autre de ces deux modes, tout à la fois individuellement et en complémentarité. Alors qu’elle attend du dessin qu’il l’entraîne à l’invention de la forme de sorte à constituer comme un catalogue de figures possibles au regard de l’espace, de la structure, du temps, de la couleur, etc., la peinture est le prétexte à toutes sortes de compositions qui mettent en jeu les éléments de ce vocabulaire. L’un est empirique, ouvert à toutes les surprises et à toutes les rencontres ; l’autre est plus construit, plus mental, et réclame à l’artiste de faire des choix..." 

 

 

2 = Dans le numéro de Semaine, 25.12, du 22 juin 2012,

       en accompagnement de l'exposition :

       "COMBAS/KIJNO - via crucis, la peinture à quatre mains", 

       à la Chapelle de la Visitation de Thonon-les-Bains (74)

 

Combas-1.jpg Combas-2.jpg

 

Exposition jusqu'au 7 octobre 2012

 

"...Pour inattendue qu’elle soit, la rencontre entre Combas et Kijno tient de celles, surréalistes, qu’affectionnait et que recommandait Breton à ses troupes. Il parlait à cet effet d’« association à fonctionnement symbolique ». S’il y a symbole ici, c’est bien celui qui réunit les deux artistes : la même passion pour la peinture. Il n’est plus temps de rappeler leur aventure respective, l’histoire s’en est chargée depuis belle lurette et leur nom est associé à certaines des mouvances qui ont façonné l’art contemporain des cinquante dernières années. Mieux vaut s’attarder, sinon s’interroger sur ce qui a motivé les deux artistes à jouer le jeu de la peinture à quatre mains (...)

 

Ce Chemin de croix, Kijno dit l’avoir voulu « comme un chant funèbre de ce que nous avons vécu au XXe siècle. » Avec son lot de monstruosités et de violences. Avec cette souffrance éprouvée pour la misère du monde. Pour Combas comme pour lui, un tableau n’est pas un objet quelconque de décoration mais « un ex-voto pour exorciser les douleurs de l’homme. » Que la peinture ait trouvé avec eux l’occasion d’une telle régénération est le signe de sa parfaite vitalité. Le format monumental des quatorze stations peintes par Combas et Kijno s’offre ainsi à voir tout à la fois comme un immense manifeste et comme un pur poème. Redisons-le : une rencontre au sommet de l’esprit."

 

3 = Dans la revue (art absolument), n° 48, juillet-août,

       entretien avec : " Miguel Chevalier - L'art umlérique

       ou la possibilité d'autres mondes"

  

art-absolument-1.jpgart-absolument-2.jpg

 

"...Installé à Ivry-sur-Seine, l’imposant atelier qu’occupe Miguel Chevalier - La Fabrika - s’offre à voir comme un laboratoire futuriste entièrement dédié aux arts numériques. L’artiste qui y travaille épaulé par une petite équipe dévouée à sa cause invite le visiteur à y découvrir tout ce qu’on peut créer à partir des logiciels spécialement conçus à cet effet : un grand herbier lettriste, des jardins virtuels interactifs, des installations lumineuses, des sculptures imprimées en 3D, des tirages photographiques, etc. Quelque chose de la possibilité d’autres mondes est ici à l’œuvre qui excite et interroge tout à la fois le regard. Tout semble être allé si vite depuis près de trente ans que Miguel Chevalier a commencé à explorer ce domaine qu’il convenait de l’arpenter de nouveau avec lui. Rencontre."   

Repost 0
Published by Philpiguet - dans Publications
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 21:40

Textes de :

 

- Michel Natier, directeur du musée de Louviers, "Je peins de la peinture"

 

- Philippe Piguet, commissaire de l'exposition, "Viallat, l'alchimie dela peinture"

 

Catalogue édité par : musée de Louviers / éditions point de vues, Rouen

 

 

Viallat-copie-1.jpg

 

"

A première vue, rien ne ressemble plus à une exposition de Viallat qu’une autre exposition de Viallat. A première vue, seulement car la peinture n’est jamais l’affaire d’un simple coup d’œil. Du moins, la bonne peinture, la belle peinture. Celle qui résiste. Au temps et au regard. Celle qui s’impose à eux dans le déploiement de sa découverte et de sa surprise. Or, justement, la peinture de Claude Viallat possède cette rare qualité de toujours déjouer l’attente et finalement de délivrer à chaque fois quelque chose d’imprévu, au sens le plus fort de ce terme. A bien regarder cette peinture, on observe d’ailleurs très vite qu’aucune œuvre n’est semblable à une autre et que, si elles en appellent toutes à l’application de la même forme, elles diffèrent par le format, la nature du support, la couleur, la lumière, l’espace, le rythme, etc. Aussi on ne peut que recommander au regardeur d’aller à la peinture de Viallat sans préjugé aucun. Il lui faut y aller avec le seul souci de voir la peinture et non de la prévoir. Il ne manquera pas alors d’être surpris, de la trouver comme il ne l’aurait jamais imaginé et il y prendra un pur et vrai plaisir tant cette œuvre relève, par-delà l’exigence d’une pratique, d’une délectation proprement absolue des matériaux. Viallat ou le plaisir de la peinture, le plaisir incarné."   Ph.P.

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 15:56

Di-Rosa-Richard---expo-Chateau-d-Olonne---invitation-1---0.jpg

 

Di-Rosa-Richard---expo-Chateau-d-Olonne---invitation-2---0.jpg

 

007.JPG

Vue de l'exposition

 

Dans la suite de certains de ses aînés comme Calder et Miro, l’art de Richard Di Rosa est une invitation à redécouvrir le monde, en toute simplicité, et se laisser aller à la surprise sans cesse renouvelée de sa beauté. Quelque chose d’une fraîcheur et d’une spontanéité est à l’œuvre dans ces sculptures qui renvoie le regardeur à l’apprentissage élémentaire de l’univers des formes. Tout en même temps, l’air de rien – et ce n’est pas le moindre des paradoxes -, Richard Di Rosa « part en guerre », comme l’a justement écrit Eric Halphen. « Contre le convenu, les fausses valeurs, le superficiel… » De plus, son art a ceci de sain qu’il fait œuvre de salubrité sémantique, visuelle et plastique.

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 09:35

Combas.jpg

 

 

 

Première des quatre expositions de la saison 2012-2013, « COMBAS/KIJNO – via crucis, la peinture à quatre mains » s’inscrit dans le cadre de l’une des thématiques - à savoir ici, « Pièce unique » - sur lesquelles s’appuie depuis l’an passé la programmation de la Chapelle de la Visitation de Thonon-les-Bains. Le choix de cette exposition a été fait délibérément en écho à celle que consacre le Musée du Chablais à Maurice Denis et à la restauration qui a été entreprise de son chemin de croix à la basilique Saint-François de Sales.

C’est un tout autre chemin de croix qui sera présenté cet été à la Chapelle, celui qu’ont réalisé à quatre mains, en 2005, deux artistes de deux générations différentes : Robert Combas (né à Lyon en 1959) et Ladislas Kijno (né à Varsovie, Pologne, en 1921). Tandis que ce dernier est l’une des grandes figures d’un art abstrait matiériste des années 1960, le premier est la figure majeure du mouvement de la Figuration libre, apparu au début des années 1980. La découverte à la télévision de son aîné, invité d’une émission de télévision consacrée aux enfants, a déterminé Robert Combas à vouloir le rencontrer. De cette rencontre est née l’envie de réaliser une œuvre en commun et les deux artistes se sont accordés sur le thème du chemin de croix, travaillant tour à tour chacune des scènes. Quatorze stations, quatorze grandes toiles de 195 x 130 cm. : une façon d’affirmer la permanence d’un sujet et de  certifier la vivacité de la peinture à l’ordre du post-modernisme. Une rencontre au sommet de l’esprit, en quelque sorte.

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages

Liens