Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 14:53

Villani.jpg

 

 

 

  

 

 

Troisième de la saison 2011-2012, l’exposition " O Brazil ! Julio Villani, Marcelle, Meireles, Rio Branco, Tunga " s’inscrit dans le cadre de l’une des quatre thématiques - à savoir ici, " Nomadisme/Mondialisme " - sur lesquelles s’appuie dorénavant la programmation de la Chapelle de la Visitation de Thonon-les-Bains. Cette exposition est l’occasion d’aller à la rencontre du travail d’artistes qui appartiennent à l’une des scènes étrangères les plus dynamiques. De tous les pays émergents, non seulement le Brésil passe pour celui dont l’avenir est le plus prospectif mais, du fait qu’elle n’a eu de cesse d’entretenir des relations avec l’Europe tout au long du XXe siècle, la scène artistique brésilienne occupe depuis longtemps une place de premier choix sur le plan international. Aussi cette exposition vise-t-elle à mettre en exergue le subtil mélange culturel qui façonne l’art contemporain brésilien.

 

 

 

Réunis sous la formule exclamative d’"O Brazil !", les cinq artistes brésiliens qui sont présentés à la Chapelle de la Visitation n’ont pas particulièrement à voir entre eux. Ils ont été délibérément choisis pour ce qui les différencie et non pour ce qui les rassemble, tant dans le contenu de leurs préoccupations que dans leurs modes opératoires.

 

Depuis près de trente ans, Julio Villani - invité d'honneur de cette expostion - partage sa vie entre deux pays et deux villes, le Brésil et la France, Sao Paulo où il est né en 1956 et Paris où il s’est installé il y a une vingtaine d’années. Tour à tour peintre, sculpteur, photographe, assembleur, etc., il développe une œuvre singulière qui doit autant à ses aînés sud-américains qu’à Duchamp et à Dada et qui est requise par les notions d’identité, de déplacement, de frontière, de passage, d’échange et de jeu. Tandis que l’art de Cildo Meireles réside dans une puissante critique des mécanismes de la société de consommation, celui de Tunga en appelle à l’idée d’alchimie pour explorer les abysses entre le cérébral et le pulsionnel. Enfin, si les photographies de Miguel Rio Branco nous offrent à voir une image hautement colorée du Brésil qui en montre aussi les cicatrices et les marques du temps, les œuvres de Cinthia Marcelle qui est très influencée par la performance utilisent la répétition et l’absurde comme stratégie artistique pour créer des situations souvent critiques qui n’en font pas moins basculer le quotidien à l’ordre du poétique.                                                                                      Ph.P

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Miguel Rio Branco : rencontres, en 2011...
http://www.bahiaflaneur.net/blog2/2011/07/miguel-rio-branco-faire-des-photos-des-objets-trouves.html

Cordialement
BF
juin 2012, bahia...
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Pages

Liens