Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 13:24

Art-Press---Daniel-Aulagnier---04.2013.jpg

 

 

L’art contemporain des cinquante dernières années a accordé aux questions de l'identité et de l'altérité un corpus de propositions particulièrement dense. D’un engagement individuel du corps poussé parfois jusqu’à des situations à haut risque à celui davantage sociabilisé d’une esthétique dite relationnelle, il a été grandement fait usage du qualificatif de corporel. Dans sa fonction adjective, le mot est commun. Associé au nom d’accident, il appartient au registre banalisé des faits divers. Dans les années 1960, accolé à celui d’art ou d’expression, il a gagné l’ampleur sémantique de postures fondatrices. Théorisé par le critique d’art François Pluchart, défendu par la galerie Stadler, « l’art corporel » a connu toutes sortes de formulations, tant performatives que plastiques, qui ont transformé en profondeur la nature et la fonction de l’œuvre. Auteur de « tragi-technies » et autres « hard » systèmes - qu’ici même, Norbert Hilaire avait eu l’occasion d’analyser (Art Press, n° 230, décembre 1997) -, Daniel Aulagnier développe depuis les années 1970 toute une réflexion sur les rapports du corps et de la machine au sein de laquelle le dessin occupe une place primordiale...

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages

Liens