Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 23:31

= THONON-LES-BAINS (74),

VERNISSAGE LE VENDREDI 24 JUIN 2016

Quatrième et dernière de la saison 2015-2016, articulée autour du thème générique des « mondes à part », l’exposition intitulée « Micromégas », présentée cet été à la Galerie de l’Étrave, a été imaginée en écho au conte philosophique de Voltaire. Elle vise à jeter un regard sur le monde par les deux bouts de la lorgnette de sorte à mettre en évidence tout un lot de créations d'artistes qui sont autant de visions décalées, adossées au réel ou issues de leur imaginaire. Il y va de l’idée de réunir un ensemble d’œuvres qui mettent en cause nos habitudes perceptives soit par le biais de toutes sortes de procédures exagérées - détournement, miniaturisation, agrandissement d’images et d’objets familiers, etc. - qui mettent en cause toute notion d'échelle et de repère comme pour mieux dessiller le regard et l’ouvrir à d’autres possibles.

= SETE (34),

MUSEE PAUL VALERY

A venir cette semaine... : 1 / Commissariat de l'exposition "Micromégas" à Thonon-les-Bains (74). 2 / Publication d'un texte pour le catalogue de l'exposition "Max Ernst, Yves Tanguy, deux visions du surréalisme" à Sète (34)...
A venir cette semaine... : 1 / Commissariat de l'exposition "Micromégas" à Thonon-les-Bains (74). 2 / Publication d'un texte pour le catalogue de l'exposition "Max Ernst, Yves Tanguy, deux visions du surréalisme" à Sète (34)...

= Extrait du texte sur Max Ernst :

..." Mes vagabondages, mes inquiétudes, mes impatiences, mes doutes, mes croyances, mes hallucinations, mes amours, mes rages, mes révoltes, mes contradictions, mes refus de me soumettre à une discipline, fût-elle la mienne, les visites sporadiques de perturbation, ma sœur, la femme 100 têtes n’ont pu créer un climat favorable à l’élaboration d’une œuvre calme et sereine. Comme mon comportement, elle n’est pas harmonieuse, dans le sens des compositeurs classiques. Séditieuse, inégale, contradictoire, elle est inacceptable pour les spécialistes de l’art, de la culture, du comportement, de la logique, de la morale. Elle a en revanche le don d’enchanter mes complices : les poètes, les pataphysiciens, quelques analphabètes.»

Ces lignes que l’artiste a lui-même rédigées pour le film réalisé par Peter Schamoni en 1963 en disent long du regard que portait Max Ernst sur son œuvre. Elles pourraient mettre un terme définitif à toute tentative d’en cerner le pourquoi et le comment mais la démarche de l’artiste a cette qualité supérieure d’être généreuse, une forme de don en direction de l’Autre, pour qu’il s’y plonge, s’y abandonne et invente sa propre histoire. « Le don d’enchanter mes complices », note Ernst. S’il est un mot le plus approprié à qualifier ce qui fonde la spécificité de son œuvre, c’est bien celui de fabuleux. Pour ce que la fable est un mode né du besoin naturel qu’éprouve l’esprit humain de s’exprimer à l’aide d’images et pour ce que le fabuleux sous-tend l’idée d’un enchantement, voire d’un ré-enchantement qui l’assure de possibles sans cesse renouvelés..."

Partager cet article

Repost 0
Published by Philpiguet
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philippe Piguet
  • Le blog de Philippe Piguet
  • : Informations de mon actualité
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages

Liens